Rachida BRAHIM, doctorante au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (AMU, CNRS, LAMES UMR 7305)

Prix de thèse : Ma Thèse en 180 secondes - mars 2015 : "Crimes racistes et racialisation. Processus de différenciation et d’universalisation des groupes ethniquement minorisés dans la France contemporaine, 1971-2003" - Laboratoire Méditerranéen de sociologie, sous la tutelle de Laurent Mucchielli.

Caisse de Dépôts et Consignations 

 

Vous avez remporté le prix de thèse Ma thèse en 180' versé par la Fondation AMU, un défi pour les doctorants qui doivent faire comprendre en 180 secondes chrono des années de recherche au grand public, pourriez nous expliquer en une phrase le but de cet exercice ?

Ce concours était organisé par la CPU et le CNRS. A Aix-Marseille Université, il a été mise en place par le Collège Doctorale.

La Fondation AMU a pour sa part joué un rôle très important de soutien.

Le but pour les doctorants est de présenter leur sujet de recherche à un auditoire profane et diversifié en seulement trois minutes. L'objectif est de faire sortir la recherche des labos en la rendant claire et accessible. 

 

En quoi le soutien de la Fondation vous a-t-il été bénéfique ?

En offrant des prix conséquents aux gagnants de ce concours, la Fondation AMU soutient les jeunes chercheurs, c'est un signe fort qui récompense notre investissement et qui nous encourage à poursuivre nos travaux.